Vocal

Digest jingle (2020)
Contrées (2018)
Âpre bryone (2008-2018)
Pain-time (2017)
Shir-Hashirim (2015)
Gauguin (2015)
Surgissant à nouveau de la terre (2014)
Tempus fugit, toucher d'ombre (2014)
Thét®is (2014)
Yamabushi no inori (2012)
Nix (2012)
Croisées dormantes (2011)
Le fils de Prométhée (2009)
Show More

Le fils de Prométhée (2009)

Days of composition 2009

Instrumentation : soprano, mezzo, tenor, bass, clarinet, string trio, midi keyboard, electronics.

Text : Dominique Quélen.

Duration : about 11 minutes.

Premiered in 2009, october 22nd at CNSMDP. 

 

Eleonore Lemaire, Johanna Brault, Teddy Henry, Laurent Bourdeaux.

Nicolas Deflache, Jacques Warniez, sound technicians.

Orchestra of CNSMDP.Conducted by Zsolt Nagy.

 

Le fils de Prométhée est une scène d’opéra qui, s’il devait exister dans son intégralité, correspondrait à la deuxième scène du premier acte. L’argument est extrêmement simple : Pandore, femme d’Epiméthée a eu un enfant avec le frère de celui, Prométhée. Les années passent et c’est Prométhée qui élève son enfant, Epiméthée s’en montrant incapable. Mais soudain, Prométhée tombe malade, il perd l’usage de la parole. Zeus arrive alors pour l’opérer.Le texte a été écrit par Dominique Quélen, écrivain qui signe ici une nouvelle collaboration avec Aurélien Dumont. La musique est pensée comme une orchestration syllabique du texte qui souligne les traits d’humour du livret. Elle met en jeu différents espaces acoustiques et électroacoustiques correspondant aux différents types de voix et rôles.

 

Croisées dormantes (2011)

Commission by Radio France

Instrumentation : chamber choir (12 voices), shô, saxophone soprano, flute/alto flute, clarinet/ bass clarinet, viola, cello.

Duration : about 11 minutes

Text : Dominique Quélen

Premiered during the week of january, 9th 2012 on France Musique.

Emission Alla breve - Anne Montaron.

Ensemble Cairn 

Ensemble Sequenza 9.3 

Shô : Mayumi Miyata

Conductor : Catherine Simonpiétri

Croisées dormantes est une pièce écrite à partir de cinq petits textes originaux de Dominique Quélen, un peu à la manière des Haïkus.Ces textes au caractère elliptique constituent une table des matières mouvante, où chaque élément se reflète dans les autres. Il s’agit d’une étude musicale sur la fixité et la mouvance, en créant un rapport intime entre les sonorités et les sens. Le discours trace son sillon au sein d’objets musicaux colorés de sens, et de mots colorés de sons ; le tout dans un mouvement de disparition progressive. La forme de la pièce est pensée comme un seul mouvement, continu, mais constituée de cinq « fenêtres » correspondant au format de l’émission Alla breve. 

 

Nix (2012)

Commission : Péniche Opéra, Fondation Francis et Mica Salabert. 

Instrumentation : Counter-tenor, tenor, baryton martin, baryton and basse.

Text : Dominique Quélen

.Duration : about 6 minutes.

Premiered in 2012, april 2nd at Péniche Opéra in Paris

.Ensemble Clément Janequin, conducted by Dominique Visse.

Artistic performance by Michel Costiou.

 

Nix est une pièce de cinq minutes environ ayant pour sujet le cri. Cri d’un enfant de quatre ans tombant dans un lac gelé. Cri physiologique, utilisant un registre lexical à la fois absurde et organique. Cri cinématographique, avec le flux rythmique et les images évoquées par le texte, ainsi que par l’utilisation d’un OEM - objet esthétiquement modifié - du Lamento Della Ninfa de Monteverdi en forme de clin d’œil au film Le pont des arts d’Eugène Green. Cri dramatique, fin d’une vie.

 

Yamabushi no inori 山伏の祈り (2012)

Commission : ensemble-nô

instrumentation : nô singer, clarinet/bass clarinet

Text : Sachiko Oda.

Duration : about 8 minutes.

Premiered in 2013, january 10th at Shiabaura House in Tokyo.(Concert-lecture)

Ryoko Aoki and Takashi Yamane.

 

Yamabushi no inori est une petite pièce pour chant nô et clarinette qui s'inspire de mon opéra de chambre Himitsu no neya, pour chanteuse Nô, sextuor instrumental et électronique. C'est une sorte de fragment qui aurait pu s'y inscrire. Le titre signife « la prière du prêtre des montagnes ». Elle met en musique un mantra issu du bouddhisme japonais, réécrit par Sachiko Oda – librettiste de l'opéra, dans une forme à la fois en variation et en ostinato. Cette pièce illustre la lutte d'un jeune prêtre avec un esprit démoniaque...

 
 

Thét®is (2014)

Commission : GMEM-CICM-Marseille

Publisher : Éditions Musicales Artchipel

Instrumentation : Voice, piano and percussions (vibraphone and stylophone)

Text : Dominique Quélen.

Duration : about 6 minutes.

Premiered in 2014, may 11th at Opéra de Marseille.

Vincent Bouchot, Denis Chouillet et Sylvain Lemêtre.

 

A l'instar du principe de l'image chez Pierre Reverdy puis chez les surréalistes, Thé®is est une petite inversion burlesque qui associe deux objets extrêmement éloignés, comme métaphoriques l'un de l'autre. Ainsi, à la cantate de Rameau Thétis se calquera le principe du jeu vidéo "Tetris", où des briques tombent en s'accélérant sans arrêts. Dominique Quélen modifie le texte original de la cantate en élaborant un étrange lipogramme en « r ». La musique de Rameau sera quant à elle mise en regard avec la musique emblématique du jeu vidéo, la chanson folklorique Russe Korobeiniki…

Tempus fugit, toucher d'ombre (2014)

Commission : Ensemble Les Cris de Paris

Publisher : Éditions Musicales Artchipel

Instrumentation : 40 voices.

Duration : about 9 minutes.

Text : François Rannou.

Premiered in 2014, july 19th at Abbaye de Noirlac, festival Les traversées.

Ensemble Les Cris de Paris

Conductor : Geoffroy Jourdain.

 

Pièce composée pour l'ensemble Les Cris de Paris, à 40 voix réelles, Tempus fugit, toucher d'ombre tente de figurer l'hétérogénéité de notre monde au sein d'une structure en choeurs spatialisés et dynamiques. Le texte original de François Rannou est propice aux voyages, trajets et autres passages des mots entre les différentes dispositions des choeurs, créant autant d'images connectées entre elles. Plusieurs niveaux de langage et de musique interagissent alors (textures sonores, texte quotidien, texte poétique) laissant retentir par fulgurance quelques échos lointain du fameux Spem in Alium de Tallis...

 

Surgissant à nouveau de la terre (2014)

Commission : Ensemble Aedes.

Publisher : Éditions Musicales Artchipel

Instrumentation : 17 voices

Duration : about 10 minutes.

Text by : Hildegarde de Bingen, Guillaume Apollinaire, François Rannou.

Dedication : Mathieu Romano.

Premiered in 2014, october 16th at Imperial Theater of Compiègne

Ensemble Aedes

Conductor : Mathieu Romano.
 

Surgissant à nouveau de la terre is a new sacred work for a cappela chamber choir facing Latin texts as the O cruor sanguins from Hildegard von Bingen and other Requiem with excerpts in French from François Rannou, which honors his grandfather who died during the Great War and Guillaume Apollinaire’s poem Carte Postale. Under this wobbly assembly one can make out the backbone of a truncated uchronic Mass, a field of post-exotic ruins. The vocal writing is fragile, while interiority. It also attempts to include a temporality both suspended and vivid: the landscape is flat and rough, built on an ascetic ostinato with haunting and disturbing breathings. Violent vocal gestures sometimes occur, as many desperate attempts and terrifying images that emerge from the deepest collective memory becoming virtual.

 

Surgissant à nouveau de la terre est une oeuvre sacrée pour choeur de chambre a capella qui met en regard textes en latin comme le O cruor sanguins d’Hildegarde de Bingen et autre Requiem avec des extraits de textes en français de François Rannou, qui rend hommage à son grand père décédé pendant la grande guerre et le poème Carte postale de Guillaume Apollinaire. Sous cet assemblage bancal se dessine l’ossature d’une messe tronquée et uchronique, un champs de ruines post-exotiques.L’écriture vocale y est fragile, tout en intériorité. Elle tente également de figurer une temporalité à la fois suspendue et vive : le paysage est plat et rugueux, construit sur un ostinato ascétique en souffles obsédant et inquiétant. Y surviennent parfois des gestes vocaux violents, comme autant de tentatives désespérées et d’images terrifiantes qui surgissent du plus profond d’une mémoire collective devenant virtuelle.

 

Gauguin (2015)

By « Gauguin », song written by Barbara.

Commission : Ensemble Aedes.

Instrumentation : 17 voices.

Duration : about 5 minutes.

Premiered in 2016, january 22th at Imperial Theater of Compiègne.

Ensemble Aedes.

Conductor : Mathieu Romano.

 
 

Shir-Hashirim (2015)

Instrumentation : Voice and viola da gamba

Duration : about 3 minutes.

Cette oeuvre est extraite du théâtre musical Le Dibbouk et représente une mise en musique du célèbre Cantique des Cantiques en hébreux.

 

Pain-time (2017)

Instrumentation : Voice and viola da gamba

Duration : about 3 minutes.

Duo qui met en musique le poème d'Emily Dickinson suivant : 

Pain – expands the Time –

Ages coil within
The minute Circumference

Of a single Brain –

Pain contracts – the Time –

Occupied with Shot

Gammuts of Eternities
Are as they were not –

Âpre bryone (2008-2018)

Instrumentation : soprano, flute (in C, in G), clarinet (in B, bass), trumpet in C, trombone, electric guitar, 2 percussions, harp, 2 violins, viola, cello, contrabass and electronics.

Text : Emily Dickinson
Duration : about 19 minutes

Dedication : Claude Ledoux

Publisher : Éditions Musicales Artchipel

Premiered in 2018, may 3rd at Auditorium Marcel Landowski in Paris.

Ensemble 2e2m

Soprano : Hélène Fauchère
Conductor : Pierre Roullier

 

Âpre bryone est une pièce qui met en regard cinq poèmes d’Emily Dickinson au sein d’une trame à la fois narrative et contemplative. Ces deux manières de vivre le temps musical sont extrapolées dans le mouvement physiologique de la respiration (inspiration/expiration) qui rythme la vie formelle de l’œuvre.
Le matériau fait référence à certaines polyphonies orales du XIIIème siècle en Europe occidentale. Son apparente simplicité – deux fondamentales et une mélodie ornementée – est propice à un travail de variation (notamment par l’utilisation quasi-thématique de l’ornementation) et constitue de ce fait une autre ligne de force formelle. 

Les fulgurances Dickinsonniennes trouvent leurs échos dans des gestes électroacoustiques légers, imagés et ponctuels, qui peuvent fragmenter le discours ou tenter de se l’approprier.
L’espace ainsi créé se révèle fragile, épuré et évanescent. 

 

Contrées (2018)

Instrumentation : male voice and organetto

Text : Dominique Quélen
Duration : 9 minutes

Dedication : Marc Mauillon & Catalina Vincens

Publisher : Éditions Musicales Artchipel

Premiered in 2018, may 24th at Villa Medici in Roma by Marc Mauillon & Catalina Vicens

 

Contrées est la troisième pièce de mon cycle Il libro di oggetti alterati (le livre des objets altérés), écrit pendant ma résidence à l’Académie de France à Rome - Villa Médicis durant la saison 2017-2018.

A travers ce cycle, je tente de poursuivre mes recherches sur le dialogue avec d’autres formes d’expression artistique et sur la modification esthétique. Ainsi, dans la première pièce, intitulée Baïnes, pour ensemble et vidéos silencieuses, je confronte mon écriture musicale à l’imaginaire de la jeune vidéaste Jennifer Douzenel. Dans Glacis, deuxième pièce du cycle pour orgue et accordéon microtonal, je m'inspire de cette technique picturale comme principe compositionnel. 

Dans le cas de Contrées, la musique entre en tension avec la littérature, une littérature à la fois musicale et de transmission car en prise directe avec l’histoire de la musique. 

En effet, le texte de Contrées s’élabore à partir de prélèvements de textes issus des Mémoires de Berlioz lorsqu’il était lui-même pensionnaire de la Villa Médicis. Dominique Quélen, poète et ami, écrira le texte de la pièce à partir de cette matière, en la sculptant, en y soulignant les ambiguïtés et en modifiant esthétiquement le contenu pour aboutir à un texte poétique et abstrait.

L’écriture musicale procèdera un peu de la même manière, en créant des tensions esthétiques proches de l’uchronie et en inscrivant des prélèvements et réductions d’objets musicaux issus de l’oeuvre de Berlioz dans un effectif musical médiéval.

Contrées porte une expressivité abstraite bornée de résurgences historiques ambiguës qui amène l’auditeur dans un entre onirique et inattendu.

 

Digest jingle (2020)

Instrumentation : two voices

Text : Dominique Quélen
Duration : about 2 minutes


Premiered in 2020, august 22th at Hôpital Bretonneau in Paris by Christophe Crappez & Dorothée Lorthiois

 

Écrite pour une soprano et un ténor, dans le cadre des brigades d’intervention lyrique de la Grande Fugue, cette pièce met en jeu une réflexion et une esthétisation des gestes barrières nés de la crise de la Covid-19. Plus rien ne sera comme avant, et dans le monde de la culture et du spectacle vivant, nous entendrons désormais résonner, en accompagnement du célèbre « n’oubliez pas de rallumer vos portables à la fin de la représentation », ces consignes si étranges. Ainsi, l’œuvre composée pourrait être interprétée comme un jingle décalé, dans toutes situations nécessitant un rappel des règles sanitaires…